Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Albumatc
  • Albumatc
  • : Loisirs Textiles et Instants de Vie.
  • Contact

Texte Libre

J'ai ouvert ce blog pour montrer mes premières ATC. Au fil du temps, mes activités ont évolué. Albumatc est un pêle-mêle de mes travaux textiles, patchwork et bidouillages, couture de vêtements.  De temps en temps, un billet sortie-expo ou perso peut s'insinuer pour partager un peu de ce qui m'intéresse.

Archives

25 février 2008 1 25 /02 /février /2008 15:20
Je vivais heureux.... 
C'est un classique que tout le monde connaît; alors pour en profiter à tous les instants, c'est le thème que nous avons travaillé dans un groupe textile dont je fais partie. Basé sur la découverte du piqué libre pour celles qui débutent, nous nous sommes inspirées du livre de Fanny Viollet pour un exercice sur les arbres au cours des 4 saisons.
undefined



Paroles et Musique: Georges Brassens   1955


J'ai plaqué mon chêne
Comme un saligaud
Mon copain le chêne
Mon alter ego
On était du même bois
Un peu rustique un peu brut
Dont on fait n'importe quoi
Sauf naturell'ment les flûtes
J'ai maint'nant des frênes
Des arbres de judée
Tous de bonne graine
De haute futaie
Mais toi, tu manque à l'appel
Ma vieille branche de campagne
Mon seul arbre de Noël
Mon mât de cocagne


Auprès de mon arbre
undefined Je vivais heureux
J'aurais jamais dû
M'éloigner d' mon arbre
Auprès de mon arbre
Je vivais heureux
J'aurais jamais dû
Le quitter des yeux


Je suis un pauvr' type
J'aurais plus de joie
J'ai jeté ma pipe
Ma vieill' pipe en bois
Qu'avait fumé sans s' fâcher
Sans jamais m'brûlé la lippe
L'tabac d'la vache enragée
Dans sa bonn' vieill' têt' de pipe
J'ai des pip's d'écume
Ornées de fleurons
De ces pip's qu'on fume
En levant le front
Mais j'retrouv'rai plus ma foi
Dans mon cœur ni sur ma lippe
Le goût d'ma vieill' pipe en bois
Sacré nom d'un' pipe
undefined

Auprès de mon arbre
Je vivais heureux
J'aurais jamais dû
M'éloigner d' mon arbre
Auprès de mon arbre
Je vivais heureux
J'aurais jamais dû
Le quitter des yeux


Le surnom d'infâme
Me va comme un gant
D'avecques ma femme
J'ai foutu le camp
Parc' que depuis tant d'années
C'était pas un' sinécure
De lui voir tout l'temps le nez
Au milieu de la figure
Je bas la campagne
Pour dénicher la
Nouvelle compagne
Valant celles-là
Qui, bien sûr, laissait beaucoup
undefined Trop de pierr's dans les lentilles
Mais se pendait à mon cou
Quand j'perdais mes billes


Auprès de mon arbre
Je vivais heureux
J'aurais jamais dû
M'éloigner d' mon arbre
Auprès de mon arbre
Je vivais heureux
J'aurais jamais dû
Le quitter des yeux


J'avais un' mansarde
Pour tout logement
Avec des lézardes
Sur le firmament
Je l'savais par cœur depuis
Et pour un baiser la course
J'emmenais mes bell's de nuits
Faire un tour sur la grande ourse
J'habit' plus d' mansarde
Il peut désormais
Tomber des hall'bardes
Je m'en bats l'œil mais
Mais si quelqu'un monte aux cieux
Moins que moi j'y paie des prunes
Y a cent sept ans qui dit mieux,
Qu' j'ai pas vu la lune


Auprès de mon arbre
Je vivais heureux
J'aurais jamais dû
M'éloigner d' mon arbre
Auprès de mon arbre
Je vivais heureux
J'aurais jamais dû
Le quitter des yeux

Merci Paroles.net




Il s'agit maintenant de passer à une composition plus personnelle en imaginant chacune SON arbre en format A3. Je vais patienter un peu et laisser quelques feuilles pousser sur les arbres du jardin, ce qui ne saurait tarder.




Partager cet article

Repost 0

commentaires

Nathalie L 25/02/2008 17:11

C'est la chanson de mon père, à chacune de ses mutations, il l'a fredonné ...  Je l'ai prise à mon compte, j'aime tes arbres, on n'a pas envie de s'éloigner d'eux. Bises

MLaure 25/02/2008 20:48

Encore un point commun Nathalie. Mais je suis une sédentaire, moi.